Pour faire vite

Depuis plus de quinze ans, le Cirque Trottola et ses artistes inventent une esthétique singulière faite de virtuosité, où l’art circassien est prétexte à raconter l’âme humaine. En tordant la réalité ils créent un monde drôle et acrobatique ouvert au présent, ici et maintenant. Le Cirque Trottola travaille et joue sous chapiteau, dans le cercle en redessinant ses contours pour chacun de ses spectacles. Le Cirque Trottola inscrit, tant que faire se peut, la tournée de ses spectacles dans la durée, avec le souci permanent d’aller au-devant des publics, permis par l’itinérance et le chapiteau.

En 2002, Le Cirque Trottola, et son spectacle éponyme Trottola (toupie en italien), sont créés, à Nexon et à Aurillac, avec l’ancien chapiteau du cirque Convoi exceptionnel. L’histoire s’est écrite avec Laurent Cabrol, Titoune et Bonaventure Gacon ; trois sur une toute petite piste avec un musicien à l’orchestre, au-dessus de la gardine (il y eut cinq musiciens, dont Branlotin au violoncelle et aux petites machines musicales de Pierre Bastien).
Trottola a été joué plus de 300 fois en 4 ans.

En 2007, création du deuxième spectacle du Cirque Trottola : Volchok (toupie en russe), sous un chapiteau neuf, avec deux gradins face à face, où la piste devient couloir. Ils sont rejoints par Mads Rosenbeck, jongleur danois. De nouvelles disciplines de cirque sont proposées et revisitées : voltige aérienne, équilibres échelle sur balai. Ils font appel l’univers musical de Thomas Barrière et Bastien Pelenc.
Volchok a été joué près de 300 fois en 4 ans, en France et à l’étranger.

En 2012, création du troisième spectacle : Matamore. Le Cirque Trottola s’associe au Petit Théâtre Baraque pour créer et jouer Matamore dans une arène creusée au centre du chapiteau.
Durant plusieurs années, Nigloo et Branlotin, dans l’espace du « tonneau » de leur Petit Théâtre Baraque, ont fabriqué au fond de la fosse aux apparitions, une mixture qui leur ressemble, pratiquant un théâtre expressionniste singulier.
De leur côté, jouant de leur technique de cirque, Titoune, Bonaventure et Mads cisèlent l’univers insolite du Cirque Trottola à la couleur ferraillée, bien reconnaissable. Les deux équipes — proches dans leur rapport intuitif au spectacle, fidèles au chapiteau, au cirque et à ses exploits, au burlesque, à l’art du clown — ont créé Matamore, un monde déroutant, féroce et cruel, tendre et envoûtant. Le public assis en rond, sous le chapiteau rouge, autour d’une piste creusée comme une fosse. C’est là, en partie, que se déroulent les simulacres, les conciliabules et tours de force… Fosse à fantasmes, d’où surgissent des vignettes d’Epinal, musiques et sons ciselés par Thomas Barrière, Bastien Pelenc et Alain Mahé, bestiaire énigmatique et grands frissons comme dans un cirque mais autrement

À la fin 2016, Matamore aura été joué près de 300 fois en 4 ans, en France et à l’étranger et réuni près de 90.000 spectateurs.

Le Cirque Trottola est conventionné par le Ministère de la Culture et de la Communication / DRAC Auvergne-Rhône-Alpes pour les années 2018-10-20.

%d blogueurs aiment cette page :